Saint-Lo, 7 °C / 13 °C

"Crime environnemental" en Normandie : prison ferme pour deux dirigeants d'une usine de recyclage

"Crime environnemental" en Normandie : prison ferme pour deux dirigeants d'une usine de recyclage

Le tribunal du Havre a condamné deux des trois prévenus à de la prison ferme.

Le
Par :

Le tribunal de grande instance du Havre (Seine-Maritime) a condamné, lundi 21 novembre 2016, l'ex-PDG et l'ex-directeur d'exploitation d'une usine de recyclage d'ordures nocives, désormais fermée, à trois et deux ans de prison ferme. Les deux hommes étaient au coeur d'un scandale environnemental. Explications.

Nous sommes en octobre 2010. Un incendie ravage l'entreprise suisse Citron, située à Rogerville, près du Havre (Seine-Maritime) et spécialisée dans le traitement et le recyclage d'ordures nocives.

Des infractions et une liquidation

Le sinistre permet de découvrir de nombreuses infractions : des conditions de sécurité ne sont pas respectées, ses matières dangereuses sont laissées à l'air libre sans protection particulière pour les salariés. L'entreprise est placée en liquidation judiciaire. Plus de 100 salariés sont sur le carreau.

Trois hommes dans le collimateur

Trois hommes sont dans le collimateur : l'ancien PDG Mickaël Brüggler, l'ancien directeur d'exploitation Benoît Baudoin et le conseiller en dépollution. Ils comparaissent dès début octobre devant le tribunal de grande instance du Havre, pour destruction volontaire par incendie, mise en danger de la vie d'autrui et infraction liée à l'exposition aux produits chimiques. En face d'eux, 48 ex-salariés se sont portés partie civile.

Trois et deux ans ferme

Le parquet dénonce "un crime environnemental" et requiert respectivement trois ans et 18 mois de prison ferme pour les deux dirigeants. Lundi 21 novembre 2016, le tribunal a tranché en condamnant Mickaël Brüggler à trois ans de prison ferme, Benoît Baudoin à deux ans de prison ferme. Quant au conseiller en dépollution, il est dispensé de peine.

Plus d'un million d'euros d'amendes

Le verdict ne s'arrête pas là. Les prévenus devront verser près de 600 000€ au mandataire judiciaire, 295 000€ pour couvrir les frais de sécurisation et réfection des bâtiments incendiés et plus de 500 000€ d'indemnités aux 48 parties civiles. Les associations Écologie pour Le Havre et France nature environnement toucheront également 10 000€ chacune.

Avec AFP.


12345
Suivez-nous
Facebook - Tendance Ouest
Twitter - Tendance Ouest
Google plus - Tendance Ouest
Applications - Tendance Ouest

Inscription à la newsletter

Météo
La météo en Normandie
Info Trafic
L'info trafic en Normandie
Pronostics
Les pronostics hippiques