Saint-Lo, 7 °C / 13 °C

La salle de contrôle de Baïkonour telle que l'ont vue en direct les invités de l'Insa - Jean Michel Galiot

Le 18 novembre 2016 à 11:21

Le jeudi 17 novembre 2016, une soirée spéciale et spatiale a été organisée à l'INSA, école d'ingénieurs à Saint-Étienne-du-Rouvray (Seine-Maritime), pour permettre à 500 étudiants, chercheurs et scientifiques d'assister en direct au décollage de Soyouz avec à son bord le Normand Thomas Pesquet.

Jeudi 17 novembre 2016, à 21h20 heure française, la fusée Soyouz a décollé de Baïkonour (Kazakhstan) emportant à son bord trois cosmonautes dont le Normand Thomas Pesquet pour six mois dans l'espace à bord de l'ISS (Station Spatiale Internationale) dans le cadre de la mission Proxima.

Soirée spéciale à l'INSA

L'Insa, l'école située à Saint-Étienne-du-Rouvray (Seine-Maritime) et d'où sortent chaque année des dizaines d'ingénieurs dans le domaine aéronautique et spatial, avait convié 500 étudiants, chercheurs et scientifiques pour assister en direct au décollage de la fusée. Cette soirée était animée par Nicolas Martin, journaliste scientifique de France Culture, et François Forget, directeur de recherches au CNRS, spécialiste d'exploration spatiale du système solaire.

Y aller ou pas ?

Parmi les spectateurs invités, certains auraient aimé être à la place de Thomas Pesquet, tel Mickaël Delamare, étudiant à l'Esigelec, qui reconnaît malgré tout que la fonction exige de fortes compétences physiques, ou encore Julie Benard, venue avec son père, qui souhaite tout simplement "Bonne chance" à Thomas.

De même, Jean-Claude Morel : "Si j'avais été plus jeune, confie-t-il, j'aurais aimé être là-haut." Pour lui, la mission Proxima doit être axée sur "un partage des connaissances  acquises. J'aimerais que Thomas Pesquet nous rapporte de belles images, nous fasse part de ses impressions afin qu'un maximum de personnes puissent en profiter !"

Clément Beretta, en 1ère année du cycle ingénieur, féru d'astronomie, a étudié au lycée Corneille, à Rouen, où Thomas Pesquet avait fait sa prépa. Clément explique que "Thomas va se livrer à des expériences pour observer comment le corps se comporte ailleurs que sur la terre, afin de trouver des solutions pour ouvrir l'avenir sur l'exploration d'autres planètes."

Toujours plus loin

François Forget, dans sa conférence, ne s'en cache pas : "L'objectif est l'exploration de la planète Mars, vers 2030." Il est rejoint en cela par Thomas Pesquet lui-même qui se verrait bien, à 50 ans, chef d'une mission vers Mars !

En attendant son retour de l'ISS en mai 2017, les Français, et surtout les Normands, ne regarderont plus le ciel avec le même oeil.

Pratique. https://fr-facebook.com/ESAThomsPesquet/

Galerie photos


Réactions

Soyez le premier à réagir !

Réagir

12345
Suivez-nous
Facebook - Tendance Ouest
Twitter - Tendance Ouest
Google plus - Tendance Ouest
Applications - Tendance Ouest

Inscription à la newsletter

Météo
La météo en Normandie
Info Trafic
L'info trafic en Normandie
Pronostics
Les pronostics hippiques