Saint-Lo, 8 °C / 13 °C

La convention a été signée par Stéphane Grimaldi, directeur du Mémorial, Sylvie Petit-Leclair, procureure générale de la cour d'appel de Caen, et Yves Lechevallier, directeur interrégional des services pénitentiaires de Rennes.  - Vincent Le Parc

Le 19 octobre 2016 à 21:29
Par : Vincent Le Parc

Le Mémorial de Caen (Calvados) accueillera bientôt les délinquants dans le cadre de stage de citoyenneté. Le but: les sensibiliser aux valeurs de tolérance et de respect d'autrui. Une convention a été signée ce mercredi 19 octobre 2016.

Le Mémorial de Caen (Calvados) s'apprête à accueillir des délinquants à l'occasion de stages de citoyenneté. Une convention a été signée ce mercredi 19 octobre 2016 au matin.

Un stage de citoyenneté, qu'est ce que c'est?

C'est un dispositif prévu par le Code pénal. Les stages de citoyenneté ont été conçus comme une alternative à l'emprisonnement. Cela permet à un juge, lorsqu'un délit est puni d'une peine d'emprisonnement, de prescrire au condamné l'accomplissement d'un stage de citoyenneté à la place de l'emprisonnement. Il a pour objet de rappeler au condamné les valeurs de tolérance et de respect de la dignité humaine sur lesquelles est fondée la société.

D'où vient l'idée de ce stage au mémorial?

"Dans le contexte actuel, il est nécessaire de faire comprendre à un certain nombre de personnes des devoirs du citoyen. Sur le plan national, des stages de ce type sont organisés au mémorial de la Shoah à Paris. Il m'est donc apparu normal que le Mémorial de Caen puisse proposer un stage de ce type-là", explique Jacky Coulon, magistrat au parquet général de Caen (Calvados) et à l'origine du projet.
La justice va collaborer avec le Mémorial: Sylvie Petit-Leclair, procureure générale près la cour d'appel de Caen, et Yves Lechevallier, directeur interrégional des services pénitentiaires de Rennes, ont signé ce matin cette convention en compagnie de Stéphane Grimaldi, directeur du Mémorial.

A qui s'adresse-t-il?

Il s'adresse aux auteurs qui ont commis des délits d'atteinte à l'autorité, tels que la rébellion, l'outrage, les actes à caractère antisémite, ou encore la dégradation de biens publics. "Il faut faire prendre conscience à ces personnes de leurs actes", ajoute Jacky Coulon.

Comment cela va-t-il se passer?                    

Les juridictions de la cour d'appel de Caen vont être sensibilisées sur le fait que ce stage existe désormais. Ce sont elles qui décideront des délinquants qui effectueront ce stage. À partir de huit personnes, un groupe sera reçu au Mémorial.
"On va recevoir ces individus ici, autour d'un café, explique Stéphane Grimaldi. Dans un premier temps, nous allons les écouter. Puis nous allons discuter, projeter des choses et faire un état des lieux de leurs connaissances. Nous irons ensuite dans les parcours du Mémorial puis nous discuterons pour tenter de commencer à changer leur regard, leur approche".

Quand cela va-t-il débuter?

Le premier de ces stages devrait avoir lieu dans les prochaines semaines: "Le temps de former les premiers groupes de personnes", ajoute Jacky Coullon.

A LIRE AUSSI.


Réactions

Soyez le premier à réagir !

Réagir

12345
Suivez-nous
Facebook - Tendance Ouest
Twitter - Tendance Ouest
Google plus - Tendance Ouest
Applications - Tendance Ouest

Inscription à la newsletter

Météo
La météo en Normandie
Info Trafic
L'info trafic en Normandie
Pronostics
Les pronostics hippiques