Saint-Lo, 8 °C / 13 °C

[Exclusif] Entretien avec le PDG de la SNCF, Guillaume Pépy, sur la situation des trains en Normandie

[Exclusif] Entretien avec le PDG de la SNCF, Guillaume Pépy, sur la situation des trains en Normandie

Guillaume Pépy, PdG de la SNCF, en déplacement en Normandie dans le cadre du Forum Emploi, répond en exclusivité aux questions de Tendance Ouest.

Le

Jeudi 20 octobre 2016, la SNCF organise un forum emploi de 10h à 19h au Kindarena de Rouen (Seine-Maritime). 350 postes sont à pourvoir. Le PDG de la SNCF Guillaume Pépy, en déplacement en Normandie, répond à toutes nos questions sur le ferroviaire dans la Région.

La SNCF organise un forum emploi ce jeudi 20 octobre 2016 au Kindarena. Combien de postes sont proposés?

"Ce sont 350 postes qui sont proposés au forum de l'emploi qui se tient ce jeudi au Kindarena. Nous recrutons principalement dans deux catégories de métiers. Nous cherchons des gens qui vont travailler sur les voies pour les moderniser: des métiers d'électricien, des compagnons de la voie et des techniciens responsables de chantiers. Puis des gens pour les transports urbains comme des conducteurs, des contrôleurs, des agents d'accueil."

Combien la SNCF emploie-t-elle de personnes dans la région?

"La SNCF compte plus de 8000 emplois. Cela doit faire de nous l'un des trois premiers employeurs de la nouvelle région. C'est un chiffre stable."

Comment donner envie de postuler à la SNCF, souvent décriée?

"La SNCF, c'est la richesse des métiers. On a l'habitude de dire que c'est un groupe aux 100 métiers. Cela va des métiers techniques aux métiers commerciaux, des métiers de contact avec la clientèle jusqu'aux métiers d'expertise. Pour venir à la SNCF, il faut aussi aimer le service du public. La SNCF fonctionne 24h/24 et 365 jours par an: il faut parfois travailler en décalé, parfois de nuit. On est amené à avoir des contraintes professionnelles souvent fortes."

Les usagers du Paris-Rouen-Le Havre et du Paris-Caen-Cherbourg sont en colère. Ils pointent du doigt les retards, l'inconfort, les toilettes fermées etc. Que leur répondez-vous?

"Les clients ont toujours raison sur leur ressenti. Je ne suis pas dans le déni. On a des difficultés de qualité de service sur ces deux lignes, principalement parce qu'il y a énormément de travaux de modernisation et parce que le matériel est dépassé. Dans ces circonstances, vous ne pouvez pas offrir un bon service. C'est sur ces deux éléments que l'on travaille."

En 2010, vous évoquiez la dette de la SNCF envers la Normandie. Qu'est ce qui a changé depuis?

"Dans les années 1960, la ligne Paris-Rouen-Le Havre était l'une des lignes les plus modernes de France. Puis dans les années 1980, Paris-Caen-Cherbourg a été refaite. Mais tout ça c'était il y a plus de 30 ans. Il faut à nouveau tout refaire. Le premier volet, c'est le travail sur l'infrastructure. Il y a environ un milliard d'euros de travaux qui ont été faits en 10 ans. La gare Saint-Lazare est toute neuve, c'est la plus moderne de France. On a également engagé des travaux sur les tunnels et viaducs des lignes. Et puis on a aujourd'hui un nouveau chantier, celui du renouvellement des rails pour qu'il y ait moins de pannes. Et ce n'est pas fini. Il y en a encore pour cinq à dix ans de modernisation du réseau. Cela représente 500 millions d'euros. Le deuxième volet, c'est le changement de matériel. Le président de la Région Hervé Morin s'est fixé pour ambition de prendre les trains Intercités sous son aile et il a obtenu de l'État une réponse positive sur le changement du matériel (720 millions d'euros en échange de la reprise de la gestion des lignes Intercités par la Région). La commande doit être passée avant la fin 2016 et les trains arriveront en 2020-2021. C'est un accord très positif pour les usagers."

Quelles sont vos relations avec le président de la Région Hervé Morin ?

"Le président de la Région est un négociateur exigeant et il a raison. C'est quelqu'un qui a les idées claires. Il sait ce qu'il veut. On peut s'entendre avec lui quand il y a des propositions concrètes."

Quel premier bilan des Ouibus pouvez-vous dresser en Normandie?

"Les Ouibus sont un complément utile au train. On a six villes desservies en Normandie : Rouen, Le Havre, Caen, Avranches, Deauville et le Mont-Saint-Michel ; Ces trois dernières villes devaient être des destinations estivales qui ont été prolongées au vu de leur succès.

75 % des usagers des Ouibus sont plutôt des nouveaux clients qui ne voyageaient pas ou voyageaient moins souvent. Mais ils trouvent là une occasion de voyager à très bas prix, y compris à la dernière minute."

Que voudriez-vous que l'on retienne de la SNCF à l'avenir?

"Que la SNCF se transforme mais reste la même. Elle s'est transformée parce qu'elle est beaucoup plus moderne. Mais elle est restée la même, une entreprise au service du public."

À LIRE AUSSI.


12345
Suivez-nous
Facebook - Tendance Ouest
Twitter - Tendance Ouest
Google plus - Tendance Ouest
Applications - Tendance Ouest

Inscription à la newsletter

Météo
La météo en Normandie
Info Trafic
L'info trafic en Normandie
Pronostics
Les pronostics hippiques