Saint-Lo, 8 °C / 13 °C

Les deux frères étaient aussi ivres l'un que l'autre. - Illustration

Le 14 octobre 2016 à 18:40
Par : Joëlle Briant

A Blainville-sur-Orne (Calvados), au nord-est de Caen (Calvados), deux frères hyper alcoolisés en sont venus à se taper dessus. Ce qui se terminera à l'hôpital, dans le coma. Récit.

A Blainville-sur-Orne (Calvados), au nord-est de Caen, un homme en état d'ébriété avancé avait frappé son frère, tout aussi ivre. Il comparaissait le mercredi 12 octobre 2016 devant le tribunal de grande instance de Caen pour violence en état d'ivresse.

Désastreuse façon d'occuper leurs journées

Les deux frères, l'un quinqua, l'autre quadragénaire, ont une façon désastreuse d'occuper leurs journées: ils boivent l'un comme l'autre à outrance. A un certain niveau d'alcoolisation, l'aîné, qui héberge son frère sous curatelle, a une fâcheuse tendance à ne plus le supporter. Alors il le gifle et le "regifle" au niveau de la nuque.

L'homme tombe, inconscient

C'est ce qui se passe ce samedi 20 février 2016 vers 19h30. Un peu trop giflé, le plus jeune change de pièce, mais l'autre le course, alors il frappe. Sous le coup, l'aîné tombe au sol, inconscient. Le frère, affolé, va chercher un voisin.

Coma avec crainte de décès

Il restera quelques jours dans le coma avec crainte de décès. Aucune lésion traumatique n'est décelée, car il s'agit en fait d'un coma éthylique. La victime n'a pas moins de 2,80g d'alcool par litre de sang, son frère bat son record: 3,20g!

"On n'est pas fâchés, vous savez!"

La victime vient défendre son frère, jugé pour violence en état d'ivresse par le tribunal de grande instance de Caen ce mercredi 12 octobre 2016: "Je n'ai pas porté plainte. C'était un jeu, c'est moi qui l'ai frappé le premier. On n'est pas fâchés, vous savez! Il vit toujours chez moi".

Le doute profite au prévenu

L'avocat de la défense plaide qu'il n'y a pas suffisamment d'éléments pour entrer en voie de condamnation et que le doute doit profiter au prévenu. En effet, la légitime défense est reconnue et l'individu relaxé. La présidente Béatrice Dupuis, leur conseille sans grande conviction: "Ne vous battez plus".

A LIRE AUSSI.

Galerie photos


Réactions

Soyez le premier à réagir !

Réagir

12345
Suivez-nous
Facebook - Tendance Ouest
Twitter - Tendance Ouest
Google plus - Tendance Ouest
Applications - Tendance Ouest

Inscription à la newsletter

Météo
La météo en Normandie
Info Trafic
L'info trafic en Normandie
Pronostics
Les pronostics hippiques