Saint-Lo, -2 °C / 6 °C

L'homme utilisait le cannabis pour se soigner. - Photo d'illustration

Le 09 octobre 2016 à 17:10
Par : Joëlle Briant

Les gendarmes découvrent des cultures de cannabis chez un homme victime d'une crise de démence paranoïaque, le mercredi 23 mars 2016 à Maisons, près de Bayeux, au nord-ouest de Caen (Calvados).

Le mercredi 23 mars 2016, à 16h, les gendarmes sont appelés à Maisons, près de Bayeux, au nord-ouest de Caen (Calvados) car un homme est en pleine crise de démence paranoïaque. Dans sa chambres, ils tombent sur des cultures de cannabis. L'homme, incohérent, agité, inquiétant et injurieux est hospitalisé. Il a comparu le jeudi 6 octobre 2016 devant le tribunal de grande instance de Caen (Calvados) pour détention et usages illicite de stupéfiants.

"Ce n'étaient que des toutes petites boutures"

A la barre, le prévenu minimise : "Ce n'étaient que des toutes petites boutures". Le président ironise : "Petits pieds deviendront grands. vous possédez un attirail de spécialiste et même un carnet où vous notez les variétés de graines et leur prix. On a du mal à croire que c'est pour votre consommation personnelle comme vous le dites."

Soigné depuis trente ans pour troubles psychiatriques

Mais il s'avère que c'est bien le cas. Soigné depuis trente ans pour des troubles psychiatriques apparus à l'adolescence, le traitement qui lui convenait avait été retiré de la vente. Pour se soulager, l'homme a donc cultivé du cannabis à des fins thérapeutiques.

Sujet à des crises mystiques

Sans traitement, le prévenu est sujet à des crises mystiques, il soutient d'ailleurs au président : "Dieu m'a parlé et c'est bien à moi qu'il a révélé la prophétie de la montagne." la procureure se pose la question suivante : Est-ce que la consommation de cannabis ajoutée aux dix bières quotidiennes n'accentuerait pas son état psychotique ? "En tout cas, nous pouvons envisager la confiscation des scellés dans la mesure où le médicament qui lui convient a été de nouveau commercialisé." Ce qui est fait s'y ajoutant 4 mois de prison avec sursis assortis de 24 mois de mise à l'épreuve.

A LIRE AUSSI

Galerie photos


Réactions

Soyez le premier à réagir !

Réagir

12345
Suivez-nous
Facebook - Tendance Ouest
Twitter - Tendance Ouest
Google plus - Tendance Ouest
Applications - Tendance Ouest

Inscription à la newsletter

Météo
La météo en Normandie
Info Trafic
L'info trafic en Normandie
Pronostics
Les pronostics hippiques

L'Agenda avec Fred