Saint-Lo, 7 °C / 13 °C

Calvados. Il casse la porte de la banque après avoir craché sur l'employé

Le tribunal de grande instance de Caen (Calvados) au bord de l'Orne - Joëlle Briant

Le 08 octobre 2016 à 12:15
Par : Joëlle Briant

A Breteville l'orgueilleuse, au nord-ouest de Caen (Calvados), le jeudi 9 juin 2016, à 17h, un homme ne pouvant obtenir d'argent, crache au visage de l'employé du Crédit agricole avant de donner un coup de pied dans la porte en verre.

En surendettement, sa carte de retrait ayant été refusée au distributeur, un homme âgé de 22 ans, passe sa colère sur un employé du Crédit agricole de Bretteville-l'Orgueilleuse, au nord-ouest de Caen (Calvados) et sur la porte de l'agence bancaire. Il en a rendu compte le mercredi 10 octobre 2016 devant le tribunal de grande instance de Caen où il était jugé pour violence et dégradation.

Très agressif

Se présentant très agressif au guichet, un employé décide de le recevoir dans son bureau. Celui-ci lui explique qu'il ne peut intervenir, car son compte est géré par l'agence de Falaise (au sud de Caen).

Il l'insulte et lui crache au visage

L'homme le prend très mal et se lève d'un bon "Je vais te péter la gueule !" lance-t-il avant de lui cracher au visage. l'employé, pour se défendre, le saisit au cou. L'individu quitte alors précipitamment la banque en donnant un violent coup de pied dans la porte vitrée qui se fissure.

"Je ne voulais pas que ça dégénère"

Le prévenu se justifie : "Il fallait que je parte très vite, je sentais que ça montait, je ne voulais pas que ça dégénère. Quant à la porte, j'ai balancé un coup de pied pour l'ouvrir, c'est vrai, mais comme il fallait la tirer, forcement, ça l'a abîmée..."

Sujet à des crises d'angoisse majeures

"Altération du comportement au moment des faits à cause de l'arrêt de son traitement", c'est ce que diagnostique l'expert psychiatre. Hyper-actif dans son enfance, l'individu est sujet à des crises d'angoisse majeures (plusieurs tentatives de défenestration) et à des montées de colère disproportionnées dans certaines conditions.

Condamné pour des faits similaires en mars 2016

L'homme a déjà été condamné en mars 2016 pour des faits similaires. La procureur lui rappelle que les employés de banque ne font qu'appliquer les règles. Il écope de 2 mois de prison avec sursis et de 429 euros de préjudice matériel. L'employé, quant à lui, ne s'est pas constitué partie civile.

A LIRE AUSSI


Réactions

grolleau

10 octobre 2016 , 09:31
je ne comprend pas quant le cédi agricole et condamné on fait pas d'article cela n'est pas normal .
Signaler un contenu illicite
Réagir

12345
Suivez-nous
Facebook - Tendance Ouest
Twitter - Tendance Ouest
Google plus - Tendance Ouest
Applications - Tendance Ouest

Inscription à la newsletter

Météo
La météo en Normandie
Info Trafic
L'info trafic en Normandie
Pronostics
Les pronostics hippiques