Saint-Lo, 8 °C / 13 °C

"Pour en finir avec l'usine", le livre-souvenirs de Jean-Pierre Levaray, ex-ouvrier chez Boréalis

"Pour en finir avec l'usine", le livre-souvenirs de Jean-Pierre Levaray, ex-ouvrier chez Boréalis

Jean-Pierre Levaray présentait ses nombreux ouvrages militants au salon du livre de Bois-Guillaume

Le

Un an après son départ en retraite de chez Boréalis au Grand Quevilly (Seine-Maritime), Jean-Pierre Levaray raconte ses souvenirs dans son livre "Pour en finir avec l'usine", sorte d'état des lieux de la condition ouvrière.

Autrefois il y avait des prêtres-ouvriers, maintenant il y a des écrivains-ouvriers. Jean-Pierre Levaray en était un. Et il est toujours un véritable écrivain.
Son style clair, net, va à l'essentiel. Chaque mot est bien calé dans la phrase, juste à sa place, comme les palettes alignées dans un hangar.
Jean-Pierre Levaray raconte ce qu'il connaît, ce qu'il a vécu, l'usine.

Bons et mauvais moments

L'écrivain décrit le travail posté, les pannes du matériel, les petits chefs qui se donnent des airs de grands pontes.
Il se souvient des collègues : Alain qui écoute Radio-Classique dans son chariot élévateur, Schmitt qui a fui l'Allemagne nazie, le père Leroy, "vieux communiste bougon", et tant d'autres.
Il évoque l'atmosphère particulière du travail de nuit "lorsque les chefs ne sont pas là et qu'on a l'impression d'avoir l'usine rien que pour nous".
Pour la séquence nostalgie, il y a quelques rares moments de grâce : quand il s'agit de monter en haut du four pour admirer le feu d'artifice du 14 juillet, ou le départ de l'Armada, qui sont "des petits moments hors du temps, piqués au patron", se souvient-il.

Le danger omniprésent

La sécurité "s'efface devant les décisions économiques". Tout fonctionne sur le pari que tout se passera bien. Le danger ne représentait d'ailleurs qu'une vague menace dans l'esprit des ouvriers, jusqu'à la catastrophe d'AZF qui a déclenché une véritable prise de conscience.
Jean-Pierre Levaray saupoudre son récit des mots Germinal, Enfer, Cayenne, "Les temps modernes" de Chaplin.
Il s'agit de tenir, écrit-il, "Tenir jusqu'à la retraite".

A LIRE AUSSI

Pratique. "Pour en finir avec l'usine" de Jean-Levaray - 174 pages - Les Editions Libertaires 


12345
Suivez-nous
Facebook - Tendance Ouest
Twitter - Tendance Ouest
Google plus - Tendance Ouest
Applications - Tendance Ouest

Inscription à la newsletter

Météo
La météo en Normandie
Info Trafic
L'info trafic en Normandie
Pronostics
Les pronostics hippiques