Tendance Ouest

Calvados : une femme affirme avoir acheté une voiture avant la mort de son propriétaire Actu

le tribunal de grande instance de caen
© BJ

Calvados : une femme affirme avoir acheté une voiture avant la mort de son propriétaire

17h06 - 17 septembre 2016 - par J.B

A Conde-sur-Noireau, au sud de Caen (Calvados) une femme âgée de 58 ans prétend qu'une de ses connaissances décédée en mai 2016, lui a vendu sa voiture. La veuve désire récupérer le véhicule que son époux a prêté, certes, mais pas vendu. L'affaire a été jugée le jeudi 15 septembre 2016 par le tribunal de grande instance de Caen.

La femme jugée en son absence le jeudi 15 septembre 2016 par le tribunal de grande instance de Caen, affirme avoir acheté la voiture au propriétaire avant sa mort. "J'ai donné 600 euros en plusieurs fois, j'ignorais qu'il était malade. Il avait dit que tous les papiers étaient faits."

Deux bémols

Le premier bémol c'est que la carte grise portait également le nom de l'épouse et qu'il ne pouvait y avoir vente sans son consentement.

Le second, c'est que l’acquéreuse n'a pas son permis de conduire !

Le vendredi 8 juillet 2016, elle est contrôlée à 9h du matin au volant de la voiture, sans permis ni assurance ni contrôle technique.

A 23h30, le même jour, elle est surprise déchargeant de son coffre des objets dérobés dans une cour (arrosoir, tuyau d'arrosage, poubelle).

Faux papiers

Les gendarmes, la croise encore au volant le lendemain. Cette fois-ci, elle est en possession de justificatifs d’assurance et de contrôle technique, s’avérant faux.

Elle a été jugée en son absence, le jeudi 15 septembre par le tribunal de grande instance de Caen pour conduite sans permis, faux documents administratifs et vol avec abus de confiance.

Son casier judiciaire comporte des mentions de délits routiers et de vols en récidive.

Carole Etienne, la procureure, soupire qu'aucun avertissement n'a eu d'effet sur la prévenu. Elle requiert 8 mois de prison dont 2 fermes.

Au final, ce sera 8 mois de prison, dont 4 mois fermes assortis de 24 mois de mise à l’épreuve et de 500 euros d'amende. En outre, elle devra verser à la victime, 1120 euros de préjudice matériel, ayant abimé la voiture et 400 euros de préjudice moral.

A LIRE AUSSI.

Réagir à l'article

Articles sur le même thème