Tendance Ouest

Etats-Unis: rappel d'un million de téléphones Samsung pour risque d'explosion Actu

Photo prise par la police de Gwangju Bukbu en Corée du sud montrant l'explosion d'une batterie du smartphone Samsung Galaxy Note 7, le 13 septembre 2016
© Gwangju Bukbu Police Station/AFP

Etats-Unis: rappel d'un million de téléphones Samsung pour risque d'explosion

23h12 - 15 septembre 2016 - par AFP

Les Etats-Unis ont annoncé jeudi le rappel d'un million de smartphones de modèle Galaxy Note 7 de Samsung achetés avant le 15 septembre parce qu'ils présentent des risques d'explosion.

La Commission américaine de protection des consommateurs (CPSC) précise que 92 incidents ont été enregistrés à ce jour dans le pays, dont 26 portent sur des explosions ayant entraîné des brûlures.

L'autorité a annoncé que des opérations de rappel avaient également été décidées au Canada et au Mexique.

Cinquante-cinq incidents ont endommagé des biens matériels, ajoute le régulateur qui précise qu'il y a eu des départs de feu dans des voitures et même dans un garage.

"La batterie lithium-ion équipant le Galaxy Note 7 peut être en surchauffe et exploser, posant de sérieux risques de brûlures inattendues pour les consommateurs", explique la CPSC qui avait déjà exhorté la semaine dernière les Américains propriétaires d'un smartphone Galaxy Note 7 à éteindre leurs appareils et d'arrêter de s'en servir.

Les consommateurs ont deux solutions: se faire remplacer le téléphone ou alors se faire rembourser, indique jeudi la CPSC.

Samsung avait déjà lui-même pris les devants en annonçant un rappel de 2,5 millions de terminaux qui seront échangés après avoir suspendu le 2 septembre la vente de cette "phablette" (désignant la gamme de téléphones à mi-chemin entre le smartphone et la tablette).

La décision américaine est un gros coup dur pour le fabricant sud-coréen qui a annoncé mercredi qu'il allait limiter la capacité de recharge des batteries afin d'éviter leur surchauffe et donc leur explosion.

Réagir à l'article

Articles sur le même thème