Tendance Ouest

Normandie: une convention entre Pôle emploi et le Medef pour rapprocher chômeurs et entreprises Musique

Martine Chong-Wa Numéric et Arnauld Daudruy ont signé une convention pour officialiser le partenariat régional entre Pole Emploi et le Medef
© Tendance Ouest

Normandie: une convention entre Pôle emploi et le Medef pour rapprocher chômeurs et entreprises

17h14 - 15 septembre 2016

Martine Chong-Wa Numéric, directrice régionale de Pôle emploi Normandie et Arnauld Daudruy, président du Medef Normandie ont signé jeudi 15 septembre 2016 une convention de partenariat à l'agence Pôle Emploi de Grand-Quevilly, près de Rouen (Seine-Maritime). Le but ? Renforcer le soutien aux entreprises pour activer le retour à l'emploi.

Cette convention de partenariat signée entre Pôle Emploi et le Medef est une initiative propre à la région. C'est tout sauf un hasard: la Normandie compte actuellement un taux de chômage supérieur à la moyenne nationale, à 10,2%. Si certaines zones comme le département de la Manche et ses 8% de moyenne s'en tirent mieux, d'autres bassins de population sont en situation de crise. L'axe Rouen-Dieppe-Le Havre notamment, en Seine-Maritime, souffre d'un bassin d'emploi qui peine à se renouveler. La mobilité géographique plutôt faible des demandeurs d'emploi, comme le faible niveau de formation générale d'une région longtemps essentiellement ouvrière sont les deux autres points faibles de la région.

10,2% de chômage en Normandie

Pourtant, comme l'affirme Arnauld Daudruy, président du Medef Normandie et chef d'entreprise basé à Fécamp (Seine-Maritime), les besoins en terme de recrutement existent. C'est pour faire coïncider au mieux offre et demande que la convention a été paraphée aujourd'hui à Grand-Quevilly (Seine-Maritime) dans l'une des 58 agences Pole Emploi de la région.

Comme le développe un conseiller Pôle-Emploi présent pour l'occasion, l'objectif est de "fluidifier au maximum le marché de l'emploi, en connectant au plus près entreprises et demandeurs d'emploi selon les besoins de chacun. Pour cela, nous allons mettre en commun nos deux réseaux qui évoluaient auparavant en parallèle. L'information va être ainsi harmonisée au maximum, et les barrières entre employeur et employé potentiel cassées dans la mesure du possible. L'autre volet majeur sera la mise en place d'une politique de formation efficace auprès des entreprises, pour coller au plus près de leurs attentes."

Anticiper et mutualiser

C'est ce à quoi s'emploient depuis septembre 2015 les quatre conseillers entreprise de l'agence de Grand-Quevilly. Ils sont 210 à l'échelle régionale, un chiffre qui représente à l'heure actuelle 10% de l'effectif total des agents Pôle Emploi, mais qui est amené à évoluer dans le cadre de cette convention. Ce service dédié aux entreprises leur permet de cibler au mieux leurs besoins. Martine Chong-Wa Numéric développe: "Différentes typologies de services sont proposées. Cela peut aller de la rédaction de l'offre à un accompagnement suivi dans le recrutement, d'un service plus basique à un service premium." Et les entreprises suivent: au départ un peu réticentes, elles sont désormais 150 à être prises en charge par les qautre conseillères de Grand-Quevilly, grâce à un bouche-à-oreille positif.

Il faut dire que ces conseillères ne manquent pas d'outils novateurs pour casser la rigidité du marché de l'emploi, ce qui ne peut que satisfaire tous les partis engagés. La méthode de recrutement par simulation en est un bel exemple. Il s'agit d'un recrutement qui s'effectue à travers des tests d'habileté sur des exercices précis construits entre les entreprises concernées et Pôle Emploi.

Ces tests, en rapport direct avec le secteur d'activité de la société, permettent de départager les meilleurs candidats non pas sur un CV ou un profil particulier, mais sur une aptitude dans ce domaine décelée par une note à atteindre. Un moyen de favoriser la méritocratie, et d'oublier un peu la sacro-sainte expérience, qui ferme de nombreuses portes, notamment pour qui souhaite effectuer une reconversion professionnelle.

Un procédé innovant, qui débouche sur un entretien de motivation, toujours sans CV.  "C'est intéressant, notamment quand il y a une forte volumétrie de postes à pourvoir, dans la restauration ou la vente notamment, précise le directeur de l'agence. Les retours des entreprises sont excellents, alors que ce n'était pas forcèment gagné d'avance. Ce dispositif établi à l'échelle nationale est un exemple fort de la relation de confiance qui s'instaure peu à peu entre les entreprises, les demandeurs d'emploi et nous-mêmes."

Conseillers et outils numériques dédiés aux entreprises

En parallèle, les outils numériques à disposition des entreprises se sont également étoffés, toujours dans cette optique de rapprocher l'entreprise du demandeur d'emploi. Le site de Pôle Emploi, peu réputé pour son ergonomie jusqu'à présent, a effectué sa mue en début d'année 2016: désormais, les entreprises peuvent sur simple inscription accéder aux profils des demandeurs d'emploi susceptibles de les intéresser, sans avoir à poster d'offre. Un simulateur de coût à l'embauche est également à disposition pour anticiper tout surcoût éventuel.

Anticiper et mutualiser, deux mots clés pour un seul objectif: favoriser l'humain. Arnauld Daudruy: "Les ressources humaines doivent être replacées au coeur de la dynamique de l'entreprise. Car qu'est ce que c'est qu'une entreprise, au-delà des carnets de commande et des délais de livraison à respecter? c'est avant tout des hommes et des femmes." 

A LIRE AUSSI.

Pass monde en Normandie : avant de s'envoler, les étudiants boursiers reçoivent leur valise et leur drapeau normand

Rouen: manifestation contre la loi travail, le ras-le-bol demeure malgré une mobilisation en baisse

Réagir à l'article

Articles sur le même thème