Tendance Ouest

Calvados : malgré la présence de son ADN, il nie le cambriolage Actu

L'un des couloirs du tribunal de grande instance de Caen.
© Tendance Ouest / BJ

Calvados : malgré la présence de son ADN, il nie le cambriolage

13h00 - 11 septembre 2016 - par J.B

Un vol avec effraction avait été commis à Saint-Georges-d'Aunay, entre Vire et Caen (Calvados), dans la nuit du 17 au 18 octobre 2014. Un homme était jugé jeudi 8 septembre au tribunal de grande instance de Caen (Calvados).

Dans la nuit du 17 au 18 octobre 2014, la salle paroissiale de la commune de Saint-Georges-d'Aunay, entre Vire et Caen (Calvados), est cambriolée. Quelqu'un s'y est introduit en brisant la vitre de la porte d’entrée.
Ce faisant, le cambrioleur se blesse. Des traces de sang sont visibles et grossièrement essuyées sur la porte, le mur, le placard. Des denrées alimentaires et des ustensiles de cuisine sont dérobés.

"C'est quelqu'un qui m'en veut"

Jean Auger, âgé de 53 ans, a comparu le jeudi 8 septembre 2016 devant le tribunal de grande instance de Caen pour vol avec effraction. Mais durant l’enquête et de nouveau à la barre, le prévenu ne reconnaît pas les faits, et ceci malgré la présence de son ADN sur les lieux. "J’étais dans la Manche, chez mon amie qui a témoigné (mais l'amie en question ne se montre pas très précise sur les dates). C'est quelqu'un qui m'en veut qui a barbouillé avec mon sang."

Connu des tribunaux

Avec son casier judiciaire comportant dix mentions, le prévenu est bien connu des tribunaux : destructions, effractions, dégradations, recels et vols en récidive.

Pour l'avocat de la défense, il y a beaucoup trop de sang et cela ressemble à une mise en scène. "Il ne serait pas assez stupide pour laisser sa carte d'identité, vu son passé !" Mais pour la procureur, sa présence sur les lieux ne fait aucun doute.

Il est condamné à 6 mois de prison ferme toutefois aménageables.

 

LIRE AUSSI :

Réagir à l'article

Articles sur le même thème