Tendance Ouest

Mostra de Venise: l'Amérique et l'Argentine favorites, la France en bonne place Actu

Jean-Paul Belmondo (c) aux côtés de l'actrice Sophie Marceau reçoit un Lion d'or pour l'ensemble de sa carrière du directeur de la Mostra Paolo Barrata (g), le 8 septembre 2016 à Venise
© AFP

Mostra de Venise: l'Amérique et l'Argentine favorites, la France en bonne place

08h02 - 10 septembre 2016 - par AFP

Le jury de la 73e Mostra de Venise doit rendre son verdict samedi soir au Palais du cinéma, sur le Lido, où la comédie musicale américaine "La la Land" et le film argentin "El Ciudadano Ilustre" étaient donnés favoris.

Les deux films français "Une Vie", de Stéphane Brizé, et "Frantz", de François Ozon, figuraient cependant en bonne place parmi les pronostiqueurs, avant la cérémonie de clôture qui doit débuter à 19H00 (21H00 GMT).

Pour son troisième long métrage à seulement 31 ans, l'Américain Damien Chazelle a signé avec "La la Land", présenté en ouverture du festival, un hommage ensorcelant à l'âge d'or des comédies musicales, de "Singin' in the Rain" à "Grease".

Ryan Gosling et Emma Stone y forment un couple de doux rêveurs, elle actrice débutante, lui pianiste de jazz ambitieux, qui tombent amoureux à Los Angeles.

Face à eux, "El Ciudadano Ilustre" ("Le Citoyen illustre") est le plus souvent cité. Signé des Argentins Mariano Cohn et Gastón Duprat, il raconte le retour dans sa ville natale d'un lauréat du Nobel de littérature, un retour qui se révèle la pire idée de sa vie.

La prestation saluée de l'acteur argentin Oscar Martinez, 66 ans, dans le rôle d'un écrivain timide et ironique qui redécouvre ses racines pourrait lui valoir la Coupe Volpi du meilleur interprète masculin, qui avait été décernée l'an dernier au Français Fabrice Luchini.

Son équivalent féminin pourrait revenir à l'Américaine Amy Adams, à l'affiche de deux films en compétition, "Nocturnal Animals" du styliste Tom Ford et "Arrival", où elle campe une linguiste appelée par l'armée pour déterminer les intentions d'extraterrestres débarqués sur Terre.

Une autre Américaine, Natalie Portman, se présente aussi en sérieuse prétendante avec son interprétation d'une Jaqueline Kennedy troublante de ressemblance durant les quatre jours ayant suivi l'assassinat de son président de mari, dans le biopic "Jackie" du Chilien Pablo Larrain, également cité comme possible Lion d'or.

Le jury est présidé cette année par le réalisateur britannique Sam Mendes ("Skyfall") et compte dans ses rangs l'actrice française Chiara Mastroianni ou encore l'auteur de "Romanzo Criminale", l'écrivain Giancarlo De Cataldo.

- Hollywood en force -

Parmi les outsiders, "Une Vie", tiré du roman éponyme de Maupassant, et "Frantz", les deux films français en compétition, semblent bien placés dans cette édition pourtant marquée par une forte présence hollywoodienne.

Six films américains figuraient dans la sélection du rendez-vous vénitien qui s'affirme, année après année, comme un tremplin pour les Oscars. Et les stars étaient au rendez-vous sur le tapis rouge: Mel Gibson, Michael Fassbender, Amy Adams, Emma Stone, Alicia Vikander, Jude Law, Naomi Watts, Jake Gyllenhall ou encore Natalie Portman...

Jeudi, le réalisateur russe Andreï Konchalovsky a ému les festivaliers avec son dernier opus "Paradise", réflexion personnelle et insolite sur trois destins croisés confrontés aux horreurs de la guerre et des camps de concentration.

Dans le rôle d'Olga, une aristocrate russe engagée dans la Résistance française, l'actrice russe Yuliya Vysotskaya a été saluée par les critiques.

Sans oublier "On the Milky Road" d'Emir Kusturica, une histoire d'amour impossible sur fond de guerre des Balkans où le cinéaste serbe, deux fois primé à Venise et deux fois "palmé" à Cannes, partage l'affiche avec l'Italienne Monica Bellucci.

En marge de la compétition, la Mostra a décerné un Lion d'or pour l'ensemble de sa carrière à l'acteur français Jean-Paul Belmondo, qui s'est souvenu avec humour du jour où il avait survolé Venise "pendu à un hélicoptère" dans "Le Guignolo".

Et le plus vieux festival de cinéma du monde a aussi été l'occasion de présenter plusieurs premières mondiales hors compétition, dont la très attendue série TV "The Young Pope", de l'Italien Paolo Sorrentino, qui met en scène un pape américain sulfureux sous les traits du Britannique Jude Law.

Après la remise des prix, les festivaliers pourront découvrir aussi "Les Sept Mercenaires", remake du classique de John Sturges (1960) réalisé par l'Américain Antoine Fuqua, avec Denzel Washington, Chris Pratt et Ethan Hawke.

Réagir à l'article

Articles sur le même thème