Tendance Ouest

F.Sanchez, président de la Métropole Rouen Normandie : Une nouvelle génération de projets va être présentée  (3/4) Actu

Frédéric Sanchez assure que le couple de l'avenir sera formé par la Région et la Métropole.
© Tendance Ouest.

F.Sanchez, président de la Métropole Rouen Normandie : "Une nouvelle génération de projets va être présentée " (3/4)

06h26 - 10 septembre 2016 - par L.D

Le président de la Métropole Rouen Normandie (Seine-Maritime) Frédéric Sanchez fait sa rentrée politique. Dans une interview donnée à Tendance Ouest lundi 5 septembre 2016, il dresse le bilan de l'été finissant et donne les clés de l'année à venir. Troisième volet sur la relation de la Métropole avec la Région et son nouveau président Hervé Morin.

Depuis janvier 2016, la Région Normandie a un nouveau président, Hervé Morin (UDI). Frédéric Sanchez, président de la Métropole Rouen Normandie (Seine-Maritime), évoque, lors de notre interview réalisée lundi 5 septembre 2016, ses relations avec le nouvel exécutif normand et projets que les deux collectivités devront porter ensemble.

La Région est passée à droite en janvier. Qu'en est-il de votre relation avec le nouvel exécutif régional ?

"Il n'y a pas eu de remise en cause. La Région a au contraire confirmé les soutiens prévus avec la précédente majorité.

Il faut cependant quelquefois constater l'existence d'appréciations différentes sur des dossiers majeurs. Je m'inquiète beaucoup du dossier de la Ligne Nouvelle Paris Normandie entre Paris, Rouen, Le Havre et Caen, sur lequel je souhaite une présence plus forte de la Région. La LNPN, ce n'est pas du luxe. La desserte ferroviaire de la Normandie pour les voyageurs et le fret est extrêmement dégradée. Le président Morin a prévu l'achat de trains neufs. Bien, mais c'est insuffisant. Il faut de nouvelles lignes pour que ces trains soient efficaces et attirent une clientèle importante. Je suis très inquiet des positions récentes prises par des élus importants de l'Eure qui risquent de faire dérailler en promouvant un dossier qui n'a rien de normand qui serait la simple prolongation du RER parisien. Ce serait un drame que des élus normands sapent la possibilité de la concrétisation de ce projet."


Mais le député Christophe Bouillon, socialiste, ne joue-t-il pas contre son propre camp en déposant une pétition contre le tronçon Rouen-Yvetot de la LNPN ?

"Il y a une grande différence. Il y a des sujets conjoncturels : savoir où va passer le train, mais ceux qui s'intéressent à cette question, ils veulent que le train passe. Et puis il y a des sujets structurels : oui ou non, voulons nous la LNPN ? Christophe Bouillon veut la LNPN, il n'a cessé de le dire. Ce dont je parle n'a rien à voir : certains expriment clairement un doute sur l'opportunité même de construire la LNPN."

 
Si la Région s'est inscrit dans la continuité de la précédente majorité en finançant les projets métropolitains déjà lancés, qu'en sera-t-il des nouvelles initiatives ? Ne risquez-vous pas de vous retrouver à les financer seul ou presque ?

"Vous avez raison, une nouvelle génération de projets sera demain présentée par la Métropole à ses partenaires et il y aura à nouveau à discuter. Nous préparons un dossier d'investissement intéressant sur le stade Diochon qui a bien besoin d'être en profondeur rénové, il est terriblement vieillissant. J'ai commencé en parler à Hervé Morin. Nous avons également besoin d'investissements très ambitieux de la Région pour promouvoir notre campus à la fois à Mont-Saint-Aignan et au Madrillet. Le président Morin doit résolument engager sa capacité d'investissement. La passerelle piétonne entre les deux rives de la Seine est un autre exemple : je solliciterai un appui.

Le Département se trouve dans une situation différente. Nous sommes en présence d'une collectivité dont la capacité à soutenir les investissements des autres s'est beaucoup amoindrie. Le vrai couple des années qui viennent, c'est clairement celui formé par intercommunalités et la Région. C'est là que va se jouer une bonne partie de la Normandie."

LIRE AUSSI :

Commentaires

  1. Philippe CLERIS
    10 septembre 2016 , 23:50

    Hervé Morin et Frédéric Sanchez doivent, plus que jamais, assurer la paix du ménage normand car au coeur de la réussite du grand projet d'unité normande, il faut construire une relation de confiance entre la métropole de Rouen et la région Normandie. Car Rouen en tant que métropole et la Normandie en tant que région, reviennent de loin... Rouen et la Normandie ont bien failli disparaître: la première engloutie dans le magma d'une banlieue parisienne et l'autre affaiblie jusqu'à l'effacement entre le centralisme étouffant grand parisien et le régionalisme irradiant breton. L'ancienne seconde ville de France et l'ancienne province la plus riche de France doivent s'épauler mutuellement: c'est une question de survie dans la convalescence avant de pouvoir démontrer, à nouveau que ce morceau Nord Ouest de la France qui emmène la Seine jusqu'à la mer est, bel et bien, le "visage de majesté" de notre pays! Sur l'absolue nécessité d'une entente de haut niveau entre la métropole de Rouen et de la région Normandie, on lira ci-après les paroles sages de Frédéric Sanchez, maire PS du Petit-Quevilly et président de la Métropole de Rouen, non sans se dire qu'un Nicolas Mayer-Rossignol aurait plus qu'intérêt à cesser de faire ses caprices de... sale gosse sachant qu'on pourrait aussi en dire de même de Sébastien Lecornu, le jeune président LR du département de l'Eure qui croit pouvoir jouer une partition soliste avec les élus de l'Ouest francilien sur la question de la relance de l'Axe Seine: Hervé Morin et Frédéric Sanchez ont donc intérêt à recadrer leurs chevaux légers respectifs avant que des ruades inutiles finissent par causer quelques dommages pour la Normandie et pour Rouen!

    Signaler un contenu illicite
  2. assez-de-conneries-svp
    13 septembre 2016 , 09:41

    De quoi se mêle t-il en parlant comme si il était président de région; lui qui n'est qu'un petit nobliau local...et se prend pour une grenouille qui veut se faire plus grosse que le boeuf Quant à la ligne Sncf Paris-Normandie, il les a les 15 milliards ? 10 à 15 milliards d’euros, a multiplier par 2 comme d'habitude.. https://www.debatpublic.fr/projet-ligne-nouvelle-paris-normandie-lnpn Non, alors qu'il se taise, ce survivant de l'ère paléolithique de la caste socialiste Fabuisienne, celle qui a commis tant de catastrophes pour la région, depuis de décennies., que personne ne pourra la relever.

    Signaler un contenu illicite

Réagir à l'article

Articles sur le même thème