Tendance Ouest

F.Sanchez, président de la Métropole Rouen Normandie : une passerelle piétonne en 2022 au plus tard (2/4) Actu

Frédéric Sanchez veut s'appuyer sur les grandes entreprises privées pour la réalisation de la passerelle au-dessus de la Seine.
© Tendance Ouest.

F.Sanchez, président de la Métropole Rouen Normandie : une passerelle piétonne "en 2022 au plus tard" (2/4)

06h40 - 09 septembre 2016 - par L.D

Le président de la Métropole Rouen Normandie (Seine-Maritime) Frédéric Sanchez fait sa rentrée politique. Dans une interview donnée à Tendance Ouest lundi 5 septembre 2016, il dresse le bilan de l'été finissant et donne les clés de l'année à venir. Deuxième volet sur les dossiers de la rentrée et les grands projets des années à venir.

Projets de territoires, T4, Hippodrome des Bruyères, future passerelle piétonne et vélos au-dessus de la Seine, réunion des collections des musées d'histoire naturelle et des Antiquités... Frédéric Sanchez, président de la Métropole Rouen Normandie, dresse l'agenda des années à venir lors d'une interview réalisée lundi 5 septembre 2016.

Quels sont les dossiers immédiats de cette rentrée ?

"La Métropole est en train de finaliser un certain nombre de grands chantiers qui changeront de façon importante notre quotidien : l'aménagement de l'hippodrome des Bruyères, dont le chantier devrait commencer en 2017, la construction d'une nouvelle ligne Teor du Boulingrin au Zénith. Et puis nous avons évidemment toutes ces zones d'activité qu'il faut continuer à aménager pour que nos entreprises aient des terrains pour s'installer.

Deuxième priorité : je souhaite lancer la rédaction par les élus municipaux de cinq projets de territoires, correspondant à nos cinq pôles de proximité. Les projets de la Métropole doivent être visibles, importants, utiles sur tout le territoire métropolitain et pas seulement dans la ville-centre. Ces projets doivent être l'occasion de nouvelles initiatives : pour aménager des routes importantes, pour rénover de grands équipements culturels, sportifs... Il faut qu'il y ait une solidarité encore plus forte entre la Métropole.

Troisième aspect, c'est l'enjeu d'un rayonnement national et international plus fort. La Métropole doit mettre toute son énergie à rayonner davantage, en lien avec la Région, avec laquelle nous construisons ce partenariat. Nous travaillons à la rénovation de nos outils de promotion, notamment notre agence Rouen Normandy Invest qui doit avoir plus d'ambition pour le territoire métropolitain."


Concernant les deux grands projets annoncés lors de votre rentrée – la passerelle piétonne et vélos entre les deux rives de la Seine – et la réunion des collections du Muséum d'histoire naturelle et du musée des Antiquités, en quelle année pourront-ils être terminés ?


"Concernant la passerelle, nous avons besoin de compléter, pour les piétons et les vélos, cette relation entre la rive gauche et la rive droite qui est nécessaire compte tenu de tout ce que l'on a fait depuis 20 ans. Sur les quais maintenant, il y a des centaines, des milliers de personnes dès qu'il y a un rayon de soleil. Cela rend nécessaire la création de cette liaison entre la rive gauche et la rive droite. Je souhaite que cela aille le plus vite possible d'où le choix d'une méthode, la conception-réalisation, qui s'appuie beaucoup sur la compétence des équipes d'ingénieurs des grandes entreprises privées. Nous essayons de construire cette passerelle pour l'horizon du tout début de la prochaine décennie, 2021, 2022 au plus tard.


Sur la Réunion des collections des deux musées, il faut savoir prendre son temps. Le patrimoine légué par des générations et des générations de Rouennais et d'entrepreneurs est remarquable. Ce sont des collections exceptionnelles. Nous sommes devant un projet qui reste concrètement à définir. L'idée que je me fais de ce projet rue Beauvoisine, c'est de consolider la construction d'un quartier des musées dans lequel on aime venir boire un verre, fréquenter avec des amis, au musée ou juste à côté. Si tout va bien, nous pouvons espérer quelques travaux d'ici la fin de la décennie."

 LIRE AUSSI.

Commentaires

  1. FL
    09 septembre 2016 , 10:03

    Concernant la passerelle à hauteur du 106 : - 15 millions d’euros alors qu’il y a le pont Flaubert pour traverser la Seine à pied en 10 minutes de plus (avec une jolie vue) : il y a peut être plus urgent (par exemple, prolonger le T4 jusqu’au CHU et enfin relier le CHU à la gare, et le T1 jusqu'au Boulingrin) - Même sans passerelle, le Panorama déplacé rive gauche sera visible et visité. - comment faire pour laisser passer les bateaux type grands voiliers? Un pont transbordeur comme avant guerre? Cela paraît démesuré. - actuellement il y a un vaste plan d’eau avec une jolie perspective qui serait coupée en 2. - à terme, lorsque la demande sera là , pourquoi ne pas essayer une traversée en bateau, avec un coût de main d’œuvre, mais facile à mettre en place (et qui crée de l’animation).

    Signaler un contenu illicite
  2. MOUCHET
    09 septembre 2016 , 11:38

    J'adhère à la précédente réponse pour 3 raisons principales: - le pont Flaubert mobile a été imposé pour laisser entrer les grands navires dans la ville, ce qui est dans l'ADN de ROUEN, - une passerelle de 150m sans appui obligera une structure massive de plus de 5m ou plus légère de 20m de haut, ce qui polluera la perspective de la Seine, - les différence de marées à ROUEN est d'au moins 4m, et le tirant d'air pour la navigation de 7m minimum ce qui implique un tablier aux environ de 10m de haut, alors comment faire grimper ces 10m aux PMR et aux vélos? cela impliquerait des rampes démesurées ou des ascenseurs (quand on voit l'entretien de l'existant toujours en panne) dont le coût de maintenance est important. Alors OUI à une navette par bateau solaire plus agréable, moins couteuse et qui complètera l'image d'une ville tournée vers la modernité. Le circuit de cette navette pourrait être carré: 106 Pasteur les Docks et TEOR METROPOLE et donc rendre service à beaucoup plus d'utilisateurs.

    Signaler un contenu illicite
  3. cycliste mécontent :-(
    14 septembre 2016 , 15:25

    honteux de nous pomper pour des projets qui ne sont pas dans la continuité des précèdents. On va faire un T4 avec pistes cyclables et l'on veut encore rajouter une passerelle ?? qui paie ??? marre de ces dépenses extravagantes. Il y avait jadis un passage d'eau qui a été supprimé alors qu'il était bien utilisé. Je reprendrais alors la solution de bateau solaire proposée plus haut, avec quelques arrêts sur la SEINE, permettant à chacun de pouvoir se promener, sans être tributaire des ascenseurs en panne OU autre. Les dépenses irréfléchies pèsent sur le budget des ménages STOP !!!!!! nous avons voulu le pont flaubert pour laisser les bateaux passer, à grand frais aussi, alors pourquoi cette passerelle ?? et pour circuler à vélo, comment on fera encore pour y accéder ?? quand on voit la largeur des trottoirs du pont flaubert.......... TOUT EST REFLECHI A L'ECONOMIE DANS CETTE METROPOLE, IL Y A DES JOURS............................ GRRRRR

    Signaler un contenu illicite

Réagir à l'article

Articles sur le même thème